Les 5 sports insolites à pratiquer en Bretagne cet été

 Après les merguez frites, les galettes saucisses et les glaces, pourquoi ne pas profiter de son été pour faire du sport ? Mais le bon vieux jogging ça va cinq minutes, nous vous proposons de tester cinq sport insolites.

 

Le plogging

749px-Jogging_Woman_in_Grass.jpg

Courir tout en ramassant des déchets, ou comment faire de son sport une activité saine et utile pour l’environnement. Le plogging est une tendance venue de Suède qui s’est étendue en France. Le néologisme est né de la contraction du mot « jogging » et du verbe suédois « plocka upp » qui signifie ramasser.

Outre le fait de nettoyer la nature, l’intérêt pour les sportifs est d’allier course et squat. Plier les genoux pour récupérer un déchet leur permet de muscler cuisses et fesses.

La page Facebook « Run Eco Team » aide les ploggueurs à se rassembler dans les grandes comme les petites villes. Un rendez-vous est d’ailleurs organisé à Trévou-Tréguinec (22) ce dimanche de 10h à midi. Pour les intéressés, rendez-vous à la plage de Trestel.

Une application du même nom est également disponible sur Google Play et l’App Store. Les ploggueurs ont la possibilité de poster une photo de leurs trouvailles, d’ajouter le nombre de déchets ramassés et de poster un message. 20 213 déchets ont déjà été récoltés.

L’expérience est totalement gratuite et peut se faire partout, seul(e) ou à plusieurs.

Le vélorail

Faire du vélo oui mais sur des rails s’il vous plaît. Le vélorail est un charriot spécialement conçu pour rouler sur une voie ferrée. Deux personnes pédalent pendant que les autres profitent de l’aventure. L’occasion de découvrir des paysages non accessibles en voiture et de pratiquer un effort physique.

La gare vélorail de Médréac en Ille-et-Vilaine propose deux parcours. Le premier permet de parcourir 6 kilomètres aller retour sur l’ancienne voie ferrée la Brohinière, Dinan, Dinard. Le paysage est « bocager et vallonné« . Le second parcours, de 14 kilomètres aller retour, emprunte la voie ferrée la Brohinière, Ploërmel, Questembert. La ballade donne à voir la « campagne verdoyante, la forêt domaniale de Montauban de Bretagne et la Chapelle de Lannelou« .

Et visiblement la balade plaît ! La gare de Médréac accueille 9 à 10 milles visiteurs par an. Elle est ouverte chaque jour à partir de 10h.

Il faut compter 6 à 8€ par adulte en fonction du parcours.

Le labyrinthe

cornfield-1556721_960_720.jpg

Depuis plusieurs années, les labyrinthes éphémères pullulent en Bretagne : à Clohars-Fouesnant, Pont-AvenPloemel, etc.

Les aventuriers d’un jour s’engouffrent dans un champ de maïs, se perdent et doivent retrouver la sortie. A moins d’être doué et de connaître le labyrinthe comme sa poche, ils vont devoir tourner et virer dans tous les sens ce qui représente un peu de marche tout de même ! Des hectares sont à parcourir et, suivant les labyrinthes, une à deux heures et demie sont nécessaires.

Quelques embûches sont prévues, à base d’énigmes, de rencontres, etc. Certains labyrinthes proposent également une visite de nuit, peut-être sont-ils hantés ?

Les prix varient en fonction du labyrinthe et de l’horaire. Vous pouvez tout de même compter moins de 15€ par personne.

Le trampoline

119th_Wing_Airman_promotes_mentoring_youth_150416-Z-WA217-038.jpg

Le trampoline c’est pour les enfants, que nenni ! Petits et grands peuvent sauter, rebondir, s’amuser, se défouler et se muscler au trampoline park.

Au Breizh Jump Park à Quimper, par exemple, de nombreuses activités sont proposées au public. Les jumpers confirmés sautent depuis plusieurs hauteurs et atterrissent dans un bac de mousse. Les fans de basket peuvent marquer des paniers tout en sautant sur un double trampoline. Les amateurs funambules ont la possibilité de tester leur équilibre. Etc.

Peu importe l’âge, tous devraient bien dormir après ces efforts physiques. La session d’une heure coûte 12€ en plein tarif à Quimper.

Un autre trampoline park a ouvert début 2018 à Vannes. Rennes devrait prochainement rejoindre la liste.

Le quidditch

Muggle_Quidditch.jpg

Quand l’univers d’Harry Potter inspire les sportifs ça donne… du quidditch grandeur nature ! Mais attention, pas besoin d’être fan de sorciers et sorcières pour pratiquer, l’objectif premier est de se dépenser et de s’amuser.

Une équipe se constitue de 7 personnes dont trois poursuiveurs, deux batteurs, un gardien et un attrapeur. Filles comme garçons et femmes comme hommes peuvent jouer au quidditch.

Plusieurs jeux regroupent ce sport atypique. Les poursuiveurs se passent le souafle (ballon de volley) et marquent des buts, tandis que les batteurs doivent assurer la défense avec leur cognard (ballon utilisé pour la balle au prisonnier). Le gardien protège évidemment ses buts. Quant à l’attrapeur, il doit tenter d’attraper le vif d’or (balle de tennis dans une chaussette) qui se trouve derrière un porteur neutre, qui ne fait partie d’aucune équipe. Pour compliquer un peu le tout, les joueurs doivent courir avec un balai entre les jambes.

8708598277_673d9d07b2_b.jpg

La partie s’arrête lorsqu’un attrapeur se saisit du vif d’or. Pour que le jeu ne dure pas cinq minutes, l’attrapeur rentre sur le terrain à la 18ème minute. 30 points s’ajoutent au score de l’équipe ayant capturé le vif.

Pour plus d’informations sur les règles du quidditch.

Cette activité mêle des caractéristiques du rugby, du handball et de la balle au prisonnier. Tout comme les sports mondialement connus, le quidditch a ses compétitions : Coupe du Monde, Coupe d’Europe des clubs, Coupe de France, etc.

A Rennes, les Hermines pratiquent cette discipline. Actuellement en pause estivale, les entraînements reprendront dès septembre. L’occasion d’assister à une partie ou deux avant d’enfourcher son balai ?

 

Camille RANNOU.

(Contributrice pour France 3 Bretagne, étudiante au Master Journalisme et Médias Numériques à Metz)

Publicités